L’opérateur va affronter des enjeux stratégiques majeurs

L’effet ciseaux de la modération tarifaire et de l’évolution des charges va réduire les marges de manœuvre des opérateurs :

45 milliards € d’investissements sont prévus par les hôpitaux publics dans les dix prochaines années, le besoin en reconstruction de lits d’EHPAD est chiffré par la Caisse Nationale Solidarité et Autonomie (CNSA) à 117 000 lits, soit 11 milliards d’euros de travaux en perspective ;

2014 a été marquée selon la DREES par un net ralentissement de l’effort d’investissement hospitalier, qu’il soit public (7,1% contre 7,3%° en2013 et 10% en 2007) ou privé (4,1% contre 6 en 2013 et 10,3% en 2007).

L’avenir des autorisations d’exploitation se joue dans les nouveaux Projets Régionaux de Santé et dans la réforme territoriale qui rebat les cartes dans les grandes régions : il faut penser collectif au sein de son territoire, une autorisation de soins ou un équipement lourd ne sont jamais des acquis !

Les équipements et les bâtiments doivent se mettre en adéquation avec :

  • Les nouvelles techniques et pratiques médicales (virage ambulatoire, radiologie interventionnelle, médecine – personnalisée, plates-formes et entrepôts de données, plates-formes de simulation…)
  • La demande sociale (prises en charge à domicile, entrée tardive en institution, usages domestiques du numérique)
  • L’impact du numérique et de la digitalisation sur les organisations et leur traduction spatiale dans les bâtiments hospitaliers modifie la conception même des hôpitaux et des process de travail

La pertinence de l’implantation géographique des différents sites se pose au regard des besoins des territoires, des comportements des populations et de l’attractivité médicale

La stratégie d’un opérateur
de santé a besoin
de cohérence

En savoir plus

L’opérateur doit se poser les bonnes questions en amont des choix d’investissements

En savoir plus

L’opérateur doit bien
connaître les attentes
de ses partenaires

En savoir plus